COMMENT LES MEDIAS ET L’APPAT DU GAIN DECREDIBILISE LA BLOGOSPHERE

Bonjour tout le monde, aujourd’hui un article différent de d’habitude car j’avais besoin de mettre des points sur les i à propos de plusieurs choses qui me titillent.

Mercredi 15 novembre, RTL TVI a diffusé l’émission Coûte que Coûte qui s’intéressait de plus près au mode de vie des blogueurs et influenceurs. L’émission se décrit comme vouloir décrire des phénomènes de société d’un point de vue économique et généraliste. Il est donc clair que l’émission va parler d’argent mais tout de même.

https://www.rtl.be/tv/rtltvi/emissions/coute-que-coute

Dans un premier temps l’émission nous présente plusieurs influenceurs digitaux: une youtubeuse diy, une blogueuse mode, une agence de communication, des blogueurs voyage & lifestyle. Dans un second temps, il nous décrit comment les réseaux sociaux se sont créé un business et autant de vocations.

Au départ, les blogueurs créent un blog pour partager une passion. Il y a autant de blogs qu’il y a de passions différentes: le crochet, la cuisine, le voyage, les bonnes adresses et tant d’autres. Moi j’ai créé mon blog parce que je suis passionnée par la mode. C’est une manière pour moi d’exprimer ma créativité. Mais ayant des formes et des kilos en trop, j’ai appris au fil des années à trouver ce qui me va, ce qui me va pas. Où trouver des beaux vêtements quand on fait du 44, comment harmoniser sa silhouette, comment s’aimer et s’accepter telle que l’on est ? C’est ce que je tente de partager avec vous ici. La plateforme « blog » n’est absolument pas nouvelle, j’étais déjà consommatrice de blogs il y a 10 ans. J’en avais même déjà créé un, rappelez-vous, Skyrock, l‘ancêtre de Worpress où on s’amusait déjà à poster des photos, écrire avec un joli texte, trouver des jolies couleurs qui vont ensemble.

Toi même tu sais

Ce qui est nouveau, en revanche, c’est l’engouement qu’il y a autour. Comment certains blogueurs sont arrivés à vivre de leur passion grâce aux marques qui ont vite flairé l’affaire. En effet, un blogueur/influenceur est très intéressant pour une marque pour plusieurs raisons:

  • Quand une blogueuse parle d’un produit quel qu’il soit sur un réseau social, elle promeut la marque, sa philosophie et en fait donc, volontairement ou non, sa publicité. Plus sa communauté est grande, plus la marque se répand et touche de nouveaux consommateurs potentiels, plus il y a de chance que la marque remporte des futurs bénéfices. Évidemment, il y a énormément de marques connues ou non qui font de très chouettes choses et qui méritent d’être vues et d’obtenir plus de notoriété grâce à nous.
  • Contrairement à un magazine classique, une publicité ou un journaliste, nous avons un avis objectif et honnête (enfin pour la plupart). Vidéos Youtube, Instastories, photos, résultats, crash test, autant de manières possibles de parler d’un produit et de son efficacité pour pouvoir guider le consommateur au mieux dans son achat.

Voilà pourquoi les marques font appel à nous. Et c’est ainsi en promouvant un produit d’une manière ou d’une autre que nous pouvons être rémunérés en recevant de l’argent ou un produit. Je ne dis absolument pas que c’est mal de vivre de son blog au contraire. Moi aussi, je rêve d’un jour pouvoir vivre de ma passion. Être payé pour un travail qu’on aime, n’est-ce pas ce dont tout le monde rêve ? Il faut de toute façon bien se loger et se nourrir, pourquoi le faire de cette manière ne serait-elle pas correcte ? C’est un métier comme un autre.

Mais malheureusement, nous ne sommes pas dans un monde de bisounours et chaque système à ses failles et ses dérives. La blogosphère se retrouve maintenant bondée et saturée entre les personnes qui font ça réellement par passion et les autres qui le font pour l’appât du gain. Pour devenir une « star » plus besoin de savoir chanter comme Britney Spears ou être actrice, le phénomène Internet a rendu tout accessible. N’importe qui comme Norman fait des vidéos ou Caroline Receveur peut devenir connu et bien gagner sa vie. Du coup, tout le monde tente sa chance en espérant devenir comme eux, c’est compréhensible. Mais est-ce que c’est à la portée de tout le monde de réussir pour autant ?

C’est de cette façon que le consommateur se retrouve un peu perdu. Est-ce que ce que dit ce blogueur est vrai où le dit-il parce qu’on l’a payé pour le dire ? Comment reconnaître une blogueuse honnête d’une autre ? Je pourrai vous y répondre mais là n’est pas le but de l’article. Je dirai qu’en général, ça se ressent.

Mais surtout et ça, l’émission l’explique très bien, c’est que c’est très facile aujourd’hui d’acheter des followers pour grossir artificiellement sa communauté. Je crois que c’est le plus gros fléau d’Instagram. Je ne compte plus les mails que j’ai reçus pour le faire. Et il est vrai que quand tu travailles énormément, des heures et des heures sur quelque chose qui finit très vite aux oubliettes ou qui n’est pas vu à cause de l’algorithme d’Instagram, c’est très frustrant et par conséquent très tentant de succomber à l’achat d’abonnés.

Mais n’importe qui avec un peu d’éthique pour le travail que nous réalisons devrait savoir que c’est de la triche. Ceux qui achètent des faux abonnés ont par conséquent une plus grande communauté. Par conséquent, ils vont attirer les marques, et seront rémunérés mais pour les mauvaises raisons. De cette manière, ils pourront recevoir un tas de cadeaux, être invités à des events pour se refaire ensuite encore repérer etc. C’est un cercle vicieux. Mais pendant que ça se produit, celles et ceux qui bossent dur sans tricherie, restent dans l’ombre de ces derniers. Une communauté doit augmenter parce qu’elle adhère au contenu que l’influenceur lui propose. Et c’est très rageant, frustrant, pour nous, blogueurs honnêtes de travailler d’arrache-pied alors que cet univers n’est absolument pas basé sur la méritocratie.

Aujourd’hui, je tiens mon blog depuis 1 an. Je consommais des blogs avant mais je n’étais jamais passé de l’autre côté du rideau. Et en un an, j’ai appris énormément. Je me suis améliorée dans les contenus que je propose évidemment, mais j’ai surtout appris que ce monde n’est pas tout rose et me fait parfois peur. Je suis très heureuse d’être parfois une micro-blogueuse et d’être libre d’écrire et faire ce que je veux et quand je veux quand je réalise les exigences de certaines marques pour d’éventuelles collaborations.  Parce que oui pour être honnête, j’aimerais obtenir des collaborations. Je suis étudiante, je me retrouve souvent avec des idées, des envies de produire un certain contenu mais dont je n’ai pas les moyens de le faire. Des photos de meilleure qualité, des vêtements éthiques et/ou écologiques. Mettre en lumière des petits créateurs qui ont du mérite. Mais malheureusement pour l’instant je ne peux m’offrir que du Zara. Et quand je propose à une marque de collaborer avec elle parce que j’aime leur philosophie et/ou ce qu’ils proposent, je me fais gentiment remballée parce que je n’ai pas assez d’abonnés.  Heureusement et j’espère que certaines marques ne sont pas dupes et remarquent le travail fait derrière, la personnalité, l’univers du blogueur plutôt que son nombre d’abonnés. C’est ce qui s’est passé avec Zalando qui malgré mon petit 1K d’abonnés avaient aimé ma façon d’appréhender la mode + size et le body positive et m’avaient accordé une totale confiance pour créer 3 looks que je pouvait entièrement choisir.

Là où je voulais en venir avec cette émission. C’est qu’ils mettent en lumière le phénomène blogueur/influenceur. Ils parlent de comment ça fonctionne, les échanges de bons procédés entre un blogueur et une photographe, comment une blogueuse peut-elle voyager gratuitement, comment être rémunérée de 350€ pour une photo Instagram. Et là tu te dis mais merde ? Poster une photo sur Insta ça prend une seconde. Tout le monde peut le faire pourquoi pas moi ?  En gros, dites-moi si je me trompe mais le message que veut faire passer Coûte que Coûte c’est: « regardez comment on peut se faire de l’argent facile ?  »  « Regardez comment on peut être rémunérés pour partir les doigts de pieds en éventail au soleil ? », « Regardez comme je suis payée à rien foutre pendant que tu trimes toute la journée ? »

Tu m’étonnes qu’après ça les gens nous détestent, nous jalousent, nous envient, nous critiquent. C’est quand j’ai vu cette émission que j’ai compris pourquoi mes copines n’aimaient pas cet univers de la blogosphère. Et c’est vrai que de ce point de vue-là, je ne l’aime pas non plus. On nous fait passer pour des personnes qui ne font rien et empochent un max de blé, reçoivent des tas de cadeaux, sont tout le temps en vacance. L’émission est basée sur l’aspect économique, ok. Mais c’est tellement dommage de ne pas parler de la créativité, de la recherche, des heures de travail qu’il y a derrière une petite photo.

Parce que, sachez que si vous vous lancez dans l’aventure de créer un blog, un compte Insta ou Youtube en pensant que ça va être facile. Ne le faites pas, ce n’est vraiment pas le cas. Je prends l’exemple de Vanille qui grâce à sa grande communauté peut faire de la publicité pour son photographe et donc avoir des belles photos de qualité gratuitement et facilement. C’est le cas de nombreuses grandes blogueuses et elles ont raison de le faire. Mais avant d’en arriver là, toutes te diront qu’elles ont d’abord dû se démerder toute seule.  Toutes n’ont pas la chance d’avoir un photographe, une maquilleuse, une coiffeuse attitrée loin de là. Moi personnellement j’ai acheté un appareil en seconde main, j’apprends tout toute seule, je fais mes photos soit avec ma soeur, soit des amis volontaires, soit avec un trépied. Et c’est seulement maintenant après 1 an qu’un ou deux photographes amateurs me repèrent et me proposent une collaboration gratuite. Il faut toujours commencer quelque part. Et toutes rament dur au début avant que l’arbre porte ses fruits.

Enfin je parle du moment où l’émission décrédibilise totalement notre travail. J’ai juste envie de dire WTF et m’énerver.

C’est qu’ils décryptent le phénomène des « faux followers », à priori ils expliquent que les marquent ne sont pas dupes et essaient de faire le tri. A priori, c’est mal, c’est tricher, ce n’est pas bien. Et puis, OKLM on nous présente Vanille (Lore) @Vanillestilettos, blogueuse mode, jolie mais surtout reine des faux followers. Désolée de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas mais il suffit d’aller voir dans ses abonnés et taper « follow » afin de voir tous les comptes d’achat.

Vanille si tu me lis, je ne te jette pas la première pierre, acheter des followers est un choix. Je n’y adhère absolument pas mais soit je suis sûre que malgré cela tu fais du bon boulot. Mais cette phrase que tu as dit dans l’émission résume assez bien la philosophie de certains blogueurs « plus tu as de followers, plus tu es repéré par les marques, plus tu obtiens des collaborations rémunérées« . Ce qui en soi, est vrai. Et voilà tout est dit. Alors que selon moi, ça doit se faire dans le sens inverse  » plus je fais ce que j’aime, plus les gens le ressentiront et y adhéreront et là peut-être que des marques s’intéresseront à moi et tant mieux » POINT FINAL. Pour moi, ça devrait aller que dans ce sens.  

 

 

 

Le pire dans tout ça, c’est qu’un mail a été envoyé à l’émission pour les prévenir que Vanille avait des faux abonnés. Et figurez-vous qu’ils n’en n’ont eu rien à faire. Wait … WHAAAT ? Ça n’a aucun sens ! Suis-je la seule à être interpellée par cette énormité ?

Et non seulement ils décrédibilisent tout notre travail mais également le leur. En montrant un exemple faussé et contradictoire. En faisant croire que c’est facile, un monde de paillettes, qu’on est payé à rien faire. Le journalisme s’étonne que la bloggo vole leur métier mais quand je vois comment ils ne sont absolument pas crédibles dans leur propos je m’excuse, mais j’ai envie de dire tant mieux. Les médias classiques sont de toute façon en train de perdre leur envergure. Certains médias doivent même être aidés par l’Etat.  Et c’est d’ailleurs pour cette raison que je ne regarde pas la télé. Tout est manipulé, il y a toujours des messages politiques cachés et tout le monde gobe ça. Et c’est pour ça que j’adore autant Internet, tout le monde a le droit d’exprimer ce qu’il veut (enfin presque), de la manière qu’il veut et je pense que c’est également pour cette raison qu’on prend petit à petit, la place des médias et journalistes bien qu’il est clair qu’ils ont des compétences que nous n’avons pas et inversement. Enfin, le débat journalisme/bloggo pourrait longtemps être débattu mais il n’a pas lieu d’être ici. Je tiens quand même à préciser malgré tout, que je fais une généralisation et une critique des Médias avec un grand M, je ne dis absolument pas que tous les journalistes sont à jeter, je suis persuadée que certains font très bien leur boulot.

Alors voilà je ne veux pas vous décourager si vous vous lancer dans l’aventure de créer un blog, un compte Instagram, des vidéos Youtube ou que sais-je.  Si vous êtes passionné, motivé, que vous croyez en vos rêves, je ne peux que vous dire de foncer ! Mais faites-le pour vous et parce que ça vous fait du bien, que vous vous épanouissez dans ce que vous faites. Il n’y a que de cette manière que vous serez récompensé. Pour bien contrer le message caché que l’émission envoie voilà ↵

  • Pourquoi être un blogueur/influenceur ce n’est pas « facile » comme on pourrait le croire ou qu’on vous le fait croire ?

Je parle pour moi mais je pense que beaucoup de mes confrères et consoeurs pourront affirmer mes propos. Être un entrepreneur digitale c’est, énormément d’effort, beaucoup de choix, certains sacrifices. Par exemple je sacrifie mes temps de midi, mes soirées, mes temps libres pour travailler sur le blog. Je ne m’en plains pas, c’est un choix que je fais et je l’assume pleinement. C’est par exemple, enchaîner deux jobs d’étudiant pour pouvoir offrir un contenu de meilleure qualité sur le blog. Un article c’est environ 7 à 8h de travail comme ça gratuitement pour le plaisir de le faire. Penser la tenue, acheter la tenue, shooter la tenue, retoucher les photos, écrire l’article, mettre les liens, corriger les fautes, se relire, promouvoir sur les réseaux son article. Derrière une petite photo Instagram peut se cacher une journée entière de travail. À la portée de tout le monde ? Really ? Entreprendre dans mon cas, un blog, c’est penser sa vie en fonction de son bébé et tout penser pour qu’il puisse grandir et évoluer dans les meilleures conditions possibles. C’est shooter, filmer, monter, coder après une journée de cours ou de boulot. C’est travailler même quand tu es en vacance pour partager tes rayons de soleil avec ta communauté, c’est échanger avec eux et leur répondre. C’est apprendre tous les jours dans des domaines que tu ne connais pas etc. C’est vivre blog, respirer blog, penser blog, manger blog, faire caca blog ! Et malgré tout ça je suis la plus heureuse du monde de pouvoir m‘éclater autant et faire un truc qui me passionne de ouf et ça c’est génial et c’est ce que je souhaite à tout le monde !!!

Alors même si faire tout ces efforts correctement sans tricher ça prends beaaaaaucouuuup plus de temps. Même si mon blog n’évolue pas et finira probablement un jour dans les pénombres d’Internet. Je ne regrette rien, et j’ai la fierté et le mérite de me dire que je me défonce, seule, sans tricher et avec passion. Et je félicite tous les autres qui ont eu le courage de se lancer et qui font les choses correctement également. Je pense notamment à mes nombreuses connaissances d’Instagram devenues au fur et mesure des amies. Et il y a rien de mieux que d’être reconnu pour ça et pas par un nombre quelconque d’abonnés qu’ils soient vrais ou faux.

C’est comme ça que je termine ce looong article coup de gueule qui j’espère vous éclairera un peu sur ce que je pense mais aussi ce que je fais, ce que le blogging représente pour moi sans avoir la prétention que je change le monde, loin de là ni même sans vouloir casser le travail de ceux qui achètent des abonnés qui à mon avis (enfin j’espère) se démènent aussi.

Je tiens dernièrement à parler d‘Influence Magazine dont l’émission parle un peu en dernier lieu, un projet dont je vous ai déjà parlé et que je soutiens à fond. Une jeune journaliste qui a eu l’idée de rassembler une team de blogueuses belges pour en faire un magazine 100% authentique et où on parle mode, food, beauté, sujets de société et j’en passe. Le tout avec des avis francs, de la créativité, des personnalités toutes aussi chouettes les unes que les autres. Enfin un bel exemple et la preuve que journalisme et blogosphère peuvent bien s’entendre.

En espérant un jour que les faux comptes soient tous supprimés, que la société nous prenne au sérieux et qu’on considère notre travail à sa juste valeur. Je vous souhaite à toutes et à tous un joli week-end !

 

 

 

One thought on “COMMENT LES MEDIAS ET L’APPAT DU GAIN DECREDIBILISE LA BLOGOSPHERE

  1. Très belle article 🙂 qui reflete parfaitement mon ressenti aussi après cette emission – jai suivi plein de blogueuses pendant des années – la plupart aimant ceux qu’elles font -et depuis 3 mois suis passée de lautre coté et cest assez surprenant tout ce quon peut remarquer lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *