FASHION, BEAUTY & TRAVEL CURVY/PLUS SIZE BLOGGER & MODEL SELF CONFIDENCE & BODYPOSITIVE BEAUTIFUL THINGS LOVER

Mes tattoos & piercings – Histoire & infos

Bonzoir les chicos & les chicas !

Aujourd’hui, on part sur un article un peu différent des autres, on part sur un article de type qualitatif. C’est le premier mais ça ne sera pas le dernier puisque d’autres sont à venir 😀 Ce soir on parle encre, on parle aiguilles, on parle tatouaches, on parle piercings.

Je vous expliquerai dans cet article tout ce qu’il faut savoir quand on veut se faire percer et/ou tatouer. Je vous expliquerai le comment, le ou, le pourquoi, tout ce à quoi il faut faire attention, les risques auxquels vous vous exposez et ce qu’il faut savoir. Je vous raconterai vite fait l‘histoire des tattoos/piercings pour voir si c’est quelque chose d’intemporel ou un effet de mode, l’évolution de mon rapport à ceux-ci et la signification de ce qu’ils représentent pour moi. Je terminerai enfin par les endroits où je me suis modifié le corps et les futurs projets de tattoos de piercings et autres joyeusetés à venir qui vont ravir ma famille encore une fois 😀 On A-DORE !

Dans les modifications corporelles, on peut retrouver deux grandes catégories: les tatouages et les piercings. On a plein d’autres trucs bizarres comme les implants, transformer ses dents pour ressembler à son animal fétiche mais on ne va pas s’attarder sur ça puisque ça concerne encore qu’une minorité (enfin je pense).  Allez c’est parti !

Une chose est certaine, c’est que contrairement à ce que la société veut nous faire croire, ce n’est pas un effet de mode. Transformer son corps est une pratique ancestrale et existe depuis la nuit des temps. Il traduit l’angoisse principale de l’homme : sa propre disparition, et donc, son obsession à laisser des traces, y compris sur son propre corps.  L’homme a besoin de repère, et le tatouage en est un. Il a été pratiqué tantôt pour des causes médicales, tantôt pour un but sacré et religieux, tantôt pour différencier les classes sociales, tantôt pour montrer, glorifier les victoires ou encore pour des rites de passage ou lors du mariage. Dans certaines cultures, le tatouage est une arme de séduction, une marque de courage qui prouve que l’homme tatoué supporte la douleur. Il a ensuite disparu pendant le Moyen Âge car interdit par l’Église qui le considérait comme un acte du démon. Il reviendra en force par les nouveaux navigateurs qui voulaient garder un souvenir de leurs expéditions. En gros le tatouage a des connotations négatives à cause du gros cliché du tatouage du marin, du prisonnier ou du gangster qui est encore bien ancré dans l’inconscient collectif alors qu’ il possède, selon moi, tellement plus de pouvoirs et de vertus.

J’ignore pourquoi j’ai toujours été fascinée par les tatouages. Mes parents étant contre, j’ai attendu la majorité légale pour faire mon premier. Le tatouage ne doit pas selon moi être l’expression d’un acte de « rébellion » mais plutôt un acte d’émancipation fondateur, une façon de s’affirmer.  Avec un âme d’artiste, ça me semblait logique et naturel de vouloir écrire, dessiner des jolies choses sur mon corps. Je trouve qu’en plus à l’heure actuelle, il y a de plus en plus de bons tatoueurs, de plus en plus d’artistes qui font des choses extraordinaires. Les techniques et les tendances s’améliorent, se diversifient et sont de plus en plus poussées. Le tatouage polynésien, le vintage, l’aquarelle, les flashs tattoos. Il y en a pour tous les goûts. Autant j’adore les grosses pièces et les bras remplis de tattoos sur les autres, mais autant sur moi, je préfère des choses discrètes et fines que je peux cacher comme pour garder cet effet de surprise. Quelque chose que je peux dévoiler ou cacher selon les circonstances, mon envie et mon humeur du moment. Car pour moi, le tatouage est de l’ordre de l‘intime, c’est quelque chose que je fais pour moi, c’est très personnel. Je mets toujours minimum 1 an pour réfléchir à chaque tatouage. Tout d’abord parce que se tatouer n’est pas anodin, c’est une trace qu’on garde à vie et en général je me tatoue pendant des moments clés et marquants de ma vie un peu comme un rituel de passage finalement. 1 an pour vérifier et être certaine de mon choix, du motif, de s’il me plaira toute ma vie. 1 an pour trouver quelque chose d’unique qui racontera mon histoire. En dehors de sa valeur esthétique, je lui choisis une valeur symbolique et presque spirituelle. Se tatouer est pour moi une manière de raconter mon histoire aux autres mais aussi me rappeler à moi-même une période, une décision importante que j’ai prise à un moment donné de ma vie et dont je veux me rappeler à chaque fois que je le regarde. Un peu comme des posts-its que je colle sur mon corps. Me tatouer c’est aussi pour moi, une manière de me ré-approprier mon corps. Ce corps que je n’ai pas choisi et qui n’en fait qu’à sa tête. Ce corps auquel je dois m’adapter et avec qui je suis parfois en conflit parce que je ne fais pas tout ce dont il a envie et inversement. Me tatouer, me personnaliser, me customiser, me pimper, c’est ma manière à moi de m’approprier mon corps et de lui dire « hey buddy, on va faire un petit bout de chemin ensemble, des personnes t’ont fait du mal, j’en fais partie, mais aujourd’hui, je décide de t’habiter pleinement et je reprends possession de toi ».

Toutes les autres bonnes raisons et les bénéfices selon moi de se faire tatouer


  • Marquer une étape de sa vie comme un rituel de passage et de ne pas oublier ce moment de prise de conscience.
  • Transcrire la douleur morale en douleur physique et conjurer la mort. Le tatouage peut être un bon moyen de se marquer après un décès pour refaire de nouveau confiance en la vie et aider à terminer la phase du deuil.
  • Le tatouage peut être aussi une manière de trouver son identité, un besoin de retour à ses origines. Un tatouage peut être vu ou interprété comme un « héritage ».
  • Manière de reprendre possession de son corps quand on a la sensation d’avoir été dépossédé de son corps, mutilé, violé. C’est une manière artistique de redonner du sens à sa vie et se prouver que notre corps existe.
  • Le tatouage peut être aussi une manière de rendre hommage à des personnes qu’on aime, une manière de rendre éternel nos souvenirs avec ces personnes, de les garder toujours auprès de soi quand elles ne sont plus de ce monde.
  • Se tatouer c’est aussi une manière d’avoir quelque chose d’intemporel, d’immuable et d’indélébile dans une société ou tout change très vite et où tout nous échappe, de reprendre le contrôle. D’avoir la sensation que ce fidèle ami ne vous quittera jamais.

C’est pour toutes ces raisons très personnelles, qu’on supporte la douleur et qu’on est prêt à mettre un prix pour se faire tatouer de manière consciente ou non. Et malgré ma famille et encore certaines personnes de mon entourage qui sont contre ce genre de pratique, je ne comprends pas comment on peut juger quelque chose d’aussi intime et personnel. Le tatouage est presque une sorte de thérapie au final. Pour moi, il n’a plus lieu d’être critiqué en 2018 dans un monde où on n’est plus obligé de les cacher pour trouver un métier. Certaines entreprises cherchent même des personnes tatouées pour véhiculer une image en accord avec la philosophie de l’enseigne, une image plus libre, plus artistique, plus actuelle également.

Mes tatouages à moi


Mon 1er  tatouage est les deux petites notes de musique sur le pied droit. Une clé de sol et une simple note. Ce tatouage pourrait paraître petit et insignifiant mais il est tellement de choses à la fois. Il m’est apparu comme une évidence suite à la lecture d’un livre qu’un membre de ma famille m’a offert: « Ne marche pas si tu peux danser » d’Anne Van Stappen. Il symbolise tout d’abord ma passion pour la danse et la musique mais aussi ma prise d’indépendance, c’est d’ailleurs pour cette raison que je l’ai fait su le pied droit car à 18 ans je décidais d’avancer.

Le second a été ma plus grosse pièce et je l’ai fait à 20 ans. Il s’agit d’une plume située entre la nuque et le haut du dos. Pas très original vous allez me dire de nouveau et pourtant je l’aime toujours. Je l’ai fait à une époque où j’ai pris beaucoup de poids puis perdu et où je faisais beaucoup de yoyo car j’étais dans un rapport de privation/compensation avec la nourriture et où je faisais des crises de boulimie. À 20 ans, j’avais dépassé les 100 kg et je ne supportais vraiment plus mon reflet dans le miroir, je me détestais d’être devenue comme ça et bien que je suis anti-régime, j’ai payé un coach nutritionnel qui m’a fait un régime sur mesure et c’est la première fois que je me suis réellement bougée le cul pour perdre du poids et où je n’ai pas abandonné après 1 semaine. Je me levais à 5H du matin pour me préparer mes repas, je mangeais différemment que tout le monde, c’était très contraignant mais j’avais perdu 10 kg, j’étais en forme et j’avais la sensation de m’être retrouvée. J’ai alors fait cette plume pour me rappeler que je suis malheureuse quand je me laisse trop aller. C’est une promesse envers moi-même, celle de ne plus m’oublier et me négliger comme je l’ai fait à cette époque-là.

Le troisième est une fleur sur la cheville gauche, de nouveau rien d’original haha. Et pourtant ce n’est pas n’importe quelles fleurs, il s’agit de mes seules fleurs préférées ; les pivoines. Je me suis faits ces fleurs comme pour me remercier et me féliciter de tous les efforts que j’ai fait. Je vous en ai déjà parlé dans mon article sur le burn out scolaire, plus jeune on m’a dit que je n’avais pas les capacités intellectuelles de faire de grandes études suite à un test de quotient intellectuel. Malgré cela j’en ai fait et je me suis mise en tête en dernière année que j’allais obtenir la première distinction de ma vie. J’y suis arrivée mais pas sans pein. J’ai atteint mon but à coup de nuits blanches et en mettant ma santé en danger. Ces pivoines sont un geste de reconnaissance comme si je voulais demander pardon à mon corps et mon mental qui a beaucoup enduré durant cette période et pour me dire « bravo Marine, you did it » !

Ensuite, on a la trilogie derrière ma cheville droite avec une main de fatma, un oeil et un croissant de lune que j’ai fait lors de mon voyage à Marrakech avec ma soeur. Hormis sa valeur esthétique que j’adore (j’ai une grande passion pour les yeux) je l’ai car je suis tombée amoureuse de cette culture, de ce pays et de ce voyage qui restera gravé juste parce que je l’ai partagé pour la toute première fois seule avec ma soeur adorée. Il a moins de valeur spirituelle mais je l’aime tellement, le tatoueur était genre hyper doué et je le trouve canon de chez canon !

Puis le dernier mais pas des moindres puisque c’est le premier tatouage qui est vraiment visible puisque je l’ai fait sur l’avant-bras alors que je peux plus ou moins cacher tous les autres. Je l’ai fait sur l’avant-bras parce que je suis dans une période ou j’apprends à vivre pour moi et à prendre mes propres décisions sans tenir compte de l’avis l’extérieur. J’ai écrit une phrase qui pourrait paraître bateau mais qui est très importante pour moi. J’ai écrit en anglais « La vie permet le bonheur et la richesse » ce qui donne « Life allows happiness & wealth » . Il s’agit d’une phrase propre à moi crée lors d’un de mes nombreux séminaires de développement personnel et qui m’inspirent et me donne de la puissance lorsque je veux créer et entreprendre ou lorsque je suis confrontée dans une situation. Elle me rappelle dans les mauvais moment, ô combien la vie peut être belle et pleine de surprises.

Et voilà pour ceux que j’ai pour le moment mais j’aimerais encore m’en faire d’autres. Je suis aussi fan des mandalas géométriques et il est certain que le prochain symbolisera mon départ en Australie. Mon corps est en réalité un peu comme un journal intime, un livre écrit dans ma langue et dont il est facile de décrypter son histoire si on prend la peine de le lire.

Ou je me suis fait tatoué ? Combien ça coûte ? Comment ça se passe ?


Je suis satisfaite de tous mes tatoueurs et les recommande sans hésitation car ils sont très professionnels et ont tous une politique d’hygiène irréprochable en plus d’être de vrais artistes.

Les deux premiers ont été réalisé chez Iguana Tattoo par Needle à Neufchâteau, un salon très réputé dans la province du Luxembourg. Les notes de musique ont coûté 70€ et la plume 150€.

Les fleurs ont été réalisées au Daruma Tattoo à Bastogne par Thomas SVR et m’ont coûtées 100€ si je ne dit pas de bêtise.

La trilogie Marrakech à été réalisée par le talentueux Marrakech Ink dans son salon à Marrakech mais il bouge un peu partout également. Elle m’a coûté je me rappelle plus très bien puisque j’ai payé dans la monnaie marocaine mais il me semble que ça équivalait à environ 100 à 150€.

Ma phrase écrite à été réalisée par Amen Ink chez Mystical Bodies à Bruxelles et m’a coûtée 100€.

Il faut savoir qu’un tatouage coûte MINIMUM 50€ aussi petit soit-il pour l‘investissement du matériel et des aiguilles. Il y a plusieurs situations quand vous voulez vous faire tatouer: soit vous venez avec votre dessin déjà fait soit vous le créez avec votre tatoueur ce qui peut prendre un certain temps avant que vous tombiez d’accord sur le dessin parfait que tu souhaites. Après avoir discuté une première fois préalablement avec ton tatoueur, tu peux prendre RDV avec lui selon ses disponibilités et le temps nécessaire que prendras ton tatouage. Normalement tous les salons fonctionnent comme ça: tu dois avoir 18 ans et si tu en as 16, une autorisation légale de tes parents. Avant de choisir ton salon, ton tatoueur, vérifie que celui-ci respecte bien toutes les règles d’hygiène et n’hésite pas à arpenter Instagram et Facebook pour vérifier que l’univers et le trait du tatoueur que tu choisis correspond à ce que tu souhaites. Il ne faut pas hésiter à faire sa chieuse, à faire refaire plusieurs fois le calque jusqu’à ce que tu sois contente de ton truc car c’est quelque chose que tu auras à vie, ça serait dommage qu’il ne soit pas exactement ce que tu voulais au départ parce que tu n’as pas oser « déranger » ton tatoueur.

Les soins et précautions quand on veut se faire tatouer ?


Si je vous dis de faire attention à ce que le salon que vous choisissez respecte bien toutes les règles d’hygiène, c’est parce qu’il y a des risques d’infection évidemment. Il faut bien que chaque aiguille soit stérilisée et à usage unique et bref je vais pas vous expliquer toutes les précautions chiantes que la salon doit prendre, si tu as un doute ou que tu as encore peur, n’hésites pas à demander au salon pour bien qu’il t’explique chaque étape et chaque précautions. En revanche si tu veux que ton tatouage soit pérenne et qu’il ne s’infecte pas tu fois faire plusieurs choses: ne pas t’exposer au soleil pendant 3 mois, ne pas aller à la piscine pendant 3 semaines et crémer ton tatouage avec de la vaseline ou une pommade cicatrisante pendant 3 semaines matin et soir.

Les piercings


Mon amour pour les piercings est quant à lui tout récent. Je ne sais pas d’où comment mais c’est arrivé d’un coup. Je ne pense pas que c’est que je n’aimais pas ça avant mais comme je savais que ma famille était contre je m’étais empêchée de regarder à ça et par la même occasion de me faire ma propre opinion. Et puis, pouf à force de voir ça sur des nanas canons, dans la rue, sur Pinterest, il est venu à moi et je n’ai pas eu d’autres choix que d’en penser quelque chose et malheureusement je trouvais ça trop beau.

J’ai commencé par le septum  parce que celui-ci avait l’avantage de ne pas se voir si je le rentrais. Et de nouveau un peu comme mes tatouages, dès fois je le montre dès fois je le rentre en fonction de mon humeur de mes envies et des gens que je rencontre. Et dernièrement, alors que je regardais des images sur Pinterest, j’ai vu des jolies oreilles percées. Ça m’a pris comme une envie d’aller faire pipi et j’ai été les faire de suite. j’ai fait un deuxième trou à l’oreille du côté droit et un conch du côté droit également. J’ai envie d’en faire d’autres mais je me retiens de peur de faire trop chargé.

Les piercings sont bien moins symboliques pour moi, ils sont juste des bijoux pour ornementer on va dire. Je n’y réfléchis pas moins pour autant (en tout cas pour le septum) car c’est quand même une décision qui doit se prendre en toute connaissance de cause (infection, milieu du travail etc).

Je fantasme maintenant sur le fait de me percer les tétons mais la douleur et la cicatrisation me font peur. Oserais-je ou pas ? Mystère haha.

Dans tous les cas je me suis fait percer le septum l’année dernière chez Arkel Piercing . Les délais d’attente sont moins longs qu’un tatouage environ 1 ou deux jours d’attente ou parfois à l’instant même selon les disponibilités. Le septum ne gêne absolument pas pour se moucher, faut juste apprendre à faire avec.

Quant aux piercings d’oreilles je les ai fait chez Mystical Bodies. Je suis entrée dans la boutique et en dix minutes c’était fait. Le septum m’a coûté environ 25€ + le bijoux d’environ 8€ et le conch m’a coûté 20€ + 8€ de bijoux également.

Comme le piercing est un corps étranger, ton corps va tout faire pour l’expulser car le corps à son instinct de survie et il pense te protéger. Il y a donc quelques règles à respecter pour que celui-ci se cicatrise au mieux. Il faut être patient et précautionneux avant de pouvoir changer de bijoux. Les lobes d’oreille mettent un mois à cicatriser et il faut compter près d’un an de cicatrisation pour un piercing au cartilage comme le conch ou l’helix par exemple. La cicatrisation est terminée quand ta peau est redevenue normale sans rougeur ni douleur mais il faut rester délicat car même si il n’y a aucun signe d’agression extérieur il peut y avoir à l’intérieur des canaux qui ne sont pas encore totalement reconstruit. Il faut nettoyer son piercing deux fois par jour avec un savon surgras ou une solution saline qu’on trouve en pharmacie pour quelques euros. De nouveau on va éviter la piscine municipale remplie de chlore quelques semaines. Moi j’ai eu de la chance, et j’ai assez bien et très vite cicatrisé mais si tu as mal que ton piercing est gonflé, chaud ou rouge ou qu’il sécrète du liquide attends un peu et si les symptômes persistent, il faut retourner voir son perceur qui t’expliquera comment procéder ou qui te dira peut-être d’aller voir ton médecin ou de l’enlever.

Et la douleur ?


The famous question, « et ça fait mal ? ». Oui ça fait mal mais tout dépend ton degré de résistance à celle-ci. Je n’ai jamais vraiment été douillette et même si j’ai mal, je suis tellement contente du résultat qu’elle vaut le coup et que je l’oublie immédiatement. Ça pique, ça fait mal mais ce n’est que temporaire et minime comparé à votre état de bonheur par la suite. En tout cas dans mon expérience. Pour les tatouages évidemment, ça fait plus mal quand c’est sur l’os que sur du gras mais ne choisit pas ton endroit en fonction de ça 😉

Et voilà, si tu es une dure à cuire, que la douleur et le prix ne te fait pas peur mais qu’au contraire ça fait partie du rituel de tatouage, que tu as une idée en tête depuis un bout de temps et que tu vois clairement les bénéfices autres qu’esthétiques que peut te faire un tatouage, si tu le fais pour te faire plaisir à TOI et personne d’autre et que tu es sûre de ton choix, je ne peux te dire que de foncer ! Idem pour le piercing si tu y as réfléchi et que tu connais les risques auxquels tu t’exposes. Je pense et j’espère avoir été complète sur le sujet. N’hésitez pas à me poser vos questions, à me dire si j’ai dit des bêtises ou oublier des détails et puis à me dire quelle est votre expérience avec les tatouages et les piercings ? Si tu en as, ou, quoi ? Je veux tout savoir 🙂 Je vous souhaite une belle soirée et à bientôt ♥

Photos by Barbara Salomé Felgen Hauer 

 

 

 

You Might Also Like

4 Comments

  1. Mystical Bodies

    26 mars 2018 at 21 h 50 min

    Super article, je me permets d’en faire la pub sur notre story instagram et sur fb.
    Nous sommes assez fiers de faire partie de ton parcours et nous te souhaitons une bonne continuation, en tout cas, ça a l’air bien parti.

    1. CBM

      26 mars 2018 at 22 h 26 min

      Merci pour la pub ! Et ravie que vous ayez pris la peine de lire jusqu’au bout ! Oh oui c’est bien parti et qui c’est peut-être que je reviendrai vous voir 🙂

      1. David

        26 mars 2018 at 22 h 34 min

        Chouette article! 😉

  2. Ma premiere fois au ski | Curvy Blue Marine

    3 avril 2018 at 18 h 01 min

    […] tout le monde ! Comment ça va ? J’espère que vous allez tous et toutes bien […]

Leave a Reply