// FASHION, BEAUTY & TRAVEL // CURVY-PLUS SIZE BLOGGER & MODEL // SELF CONFIDENCE & BODYPOSITIVE //

Bienvenue chez moi – J’emmenage dans mon nouvel appartement #storytime

Hello mes peuces,

J’espère que vous allez bien,

Si je relis cet article plus tard, ben j’espère que la civilisation existera toujours parce qu’on est en plein confinement suite à la propagation mondiale du Covid-19.

Ma maman a d’ailleurs été testée positive et est malade depuis 2 semaines. On vient d’apprendre aujourd’hui qu’elle n’a plus de symptômes et qu’elle est guérie. J’espère de tout coeur que tout va bien également pour vous et que vous vivez ce confinement de la meilleure façon qu’il soit.

Personnellement c’est plus le retour à la vraie vie qui me fait peur puisque je profite de ce confinement pour aménager mon nouveau chez moi, profiter de ma soeur et qu’hormis ma famille, mes amies et le shopping qui me manque, j’aime bien vivre dans cette bulle hors du temps.

Bref je ne vous écrit pas pour parler du Corona Virus encore une fois (les médias s’en chargent très bien) mais pour vous parler de mon déménagement mais comme celui-ci est arrivé pile poil avant l’annonce du confinement ben voilà c’était un peu particulier.

Parce que déménager tout juste avant un confinement fait que j’ai dit à mes amis de ne pas venir m’aider. On a principalement tout fait mon père et moi. Donc pour tout porter c’était chaud 😛 Pas de pendaison de crémaillère non plus, un simple repas en famille tant qu’on le pouvait et ce n’était déjà pas l’idéal. J’étais encore dans ma bulle, les mesures n’avaient pas encore été prises en Belgique mais bref on aurait certainement dû éviter. Pendant les trajets allées/retours pour amener mes cartons je pensais plus au Corona qu’à mon appartement. Les frontières françaises allaient bientôt fermées donc on s’est dépêché mon père et moi de tout amener pour qu’il puisse repartir chez lui à temps. Bref c’était un peu anxiogène comme ambiance. C’était encore au moment où on venait d’apprendre la nouvelle, où on ne connaissait pas encore grand chose de ce virus et qu’on était donc tous inquiet. Bon maintenant je pense qu’on s’y est fait et qu’on attends tous sagement la fin du confinement. Du moins je l’espère. Je suis malgré tout contente qu’on aie pu finir juste à temps parce que je sais que certains ont dû reporter leur déménagement.

Et puis ben comme je viens d’emménager et que c’est confinement, il y a des tas de choses qu’il me manque, comme un lit, un batteur, une machine à laver et les magasins Ikea sont fermés et ne pouvant pas rentrer chez moi, ben on fait avec les moyens du bord et on improvise haha. Ma chambre est un véritable camping, je me suis fait un dressing en carton super chouette 😀

Allez un joli camping quand-même !

Bon heureusement je ne suis pas toute seule dans mon appart, ma soeur est venue m’accompagner pendant le confinement. On s’amuse bien toute les deux, heureusement qu’elle est là, je déprimerai je pense si je ne l’entendais pas rire un peu tous les jours. C’était d’ailleurs un peu THE question quand j’ai su que j’allais devoir me confiner quelque part sans en bouger pendant un temps incertain. Je venais de passer ma première nuit à l’appart et voilà que je devais choisir entre rester ici et supporter de l’isolement complet (la solitude on la choisit, l’isolement c’est plus difficile) ou rentrer chez ma mère alors que toutes mes affaires étaient ici. Je ne me voyais vraiment pas abandonné déjà mon appart donc on a trouvé un bon compromis et ma soeur est venue ici le temps que ma mère soit guérie.

Bref tout ça pour vous dire que, ça y est, j’ai un nouveau chez moi ! Ça fait 1 an et demi maintenant que je suis rentrée vivre chez mes parents au Luxembourg après mes études à Bruxelles et le besoin de prendre mon indépendance se faisait de plus en plus ressentir. C’était néanmoins pas du tout dans mes priorités de prendre un appartement maintenant car j’ai mis du temps à trouver une stabilité professionnelle et financière et que je voulais d’abord économiser avant de me lancer pour pouvoir acheter plus tard.

Au final et sans m’en rendre compte, l’idée trottait dans ma tête. J’ai aidé à déménager beaucoup de mes amis récemment et me demandais sans cesse quand serait mon tour. Je regardais les annonces sur Immoweb voir un peu ce qu’il y avait dans ma région et dans mon budget.

Et autant vous dire que je ne trouvais rien, raison pour laquelle je me disais que ce n’était pas encore pour tout de suite.

Et comme la vie est bien faite, la vie a mis naturellement l’appartement de mes rêves sur mon chemin, dans mon secteur et dans mon budget. Tout s’est aligné de manière presque trop magique. La vie m’a confirmé que j’étais au bon endroit au bon moment et ça, ça fait trop plaisir.

En effet, vous savez que 2018/2019 ont été des années difficiles à plusieurs niveaux pour moi. Au nouvel an j’ai pris la décision que ce serait enfin mon année et que je voulais être de nouveau heureuse et arrêté de vivre avec les regrets et le passé. De plus, je commençais un peu à déprimer, à rester comme bancale par manque de projets, d’idées, d’inspiration, je n’avais plus d’envies et j’avais l’impression de stagner dans ma vie. Rien de nouveau sous le soleil, la routine, bref je m’ennuyais grave.

Puis en début janvier j’ai eu une grosse crise de mal de dos qui m’a mis KO une nuit à l’hôpital et deux semaines à la maison. Et comme je suis persuadée que même les choses les plus négatives sont toujours là pour t’offrir une leçon de vie et te faire ouvrir les yeux sur quelque chose, j’ai profité de ce temps pour regarder ce qui n’allait pas dans ma vie et mettre en oeuvre ce que je voulais changer à tout prix et ça a fonctionné.

Je vivais un « enfer » littéralement à mon ancien emploi. Je ne vais pas m’étaler sur le sujet ce n’est pas le but ici mais je n’ai jamais été si malheureuse de ma vie et n’ai jamais connu d’autres endroits aussi toxique. Je ne sais pas comment j’ai fait pour supporter cette situation autant de temps sans péter un plomb quand j’y repense (je suis restée 6 mois faut bien payer les factures).

Fin janvier je quittais mon ancien travail. Début février je commençais mon nouveau job où ça se passe SUUUUUUUUPER BIEN ! J’ai une chance inouïe: je bosse dans un magasin de mobilier donc dans mon domaine, avec un super environnement et une bonne ambiance, un employeur qui reconnaît ton travail bref le DREAM.

Et une semaine à peine après avoir signé un CDI, je trouvais une annonce sur Facebook pour un appartement à Messancy soit à 15 minutes montre en main de mon boulot alors que je me tapais 1h de route allée – 1h de route retour tous les jours. Il se trouve que cet appartement était un loft de 92m2 mezzanine et vous savez oooh oui vous savez que c’est mon rêve les appartements loft, mezzanine, les espaces ouverts, les pièces sous toiture et tout le tra la la. Je suis tombée amoureuse directement ! Il a tous les critères: proximité de mes potes et ma famille, lave vaisselle, lumineux. Et ça, J’ACHEEEEETE !

Dans ma tête ça a fait OMG il me le faut (mais j’ai pas un rond de côté comment je vais faire et patati et patata), j’envoie quand même un message à la meuf, je suis la première à avoir trouver l’annonce, je le visite le soir même après le sport avec une pote et là, THE COUP DE FOUDRE. Je rentre après un peu stressée de dire la chose à ma maman. Je ne lui avais pas du tout parler d’un éventuel projet de partir et on est très attachée l’une à l’autre donc j’avais un peu peur. Et au final, elle adore l’appartement autant que moi et me dis BANCO ! On s’est fait un gros câlin en pleurant comme des madeleines.

D’autres visites se font, puis le proprio m’appelle, on se connaît j’ai déjà travaillé pour eux il y a deux ans pour les aider à décorer leur nouvelle maison. Je me réjouis beaucoup trop vite, je fais des plans et des 3D de l’appart alors que je ne suis même pas sûre de l’avoir. Je patiente, je sais que le proprio privilégie les jeunes personnes seules qui se lance dans la vie. Et de fait, c’est finalement moi qu’il choisit. Merci à toutes mes peuces d’avoir suivi ces aventures et ces montagnes russes d’émotions avec moi sur Instagram.

Deuxième visite avec ma maman et là c’est un peu comme avec un mec: Plus tu apprends à le connaître et plus tu vois ces petits défauts que tu n’avais pas remarqué au premier date quand tu étais encore dans l’euphorie et sous le charme. Il y a des petits coups dans la peinture, quelques défauts, mal pensé là, une fissure là, une plaque de cuisson vintage ce genre de trucs.

Et là ça a été un gros travail sur moi-même: il y avait deux voix dans ma tête. Au début ça m’angoissais, je me stressais beaucoup avec ça. Je me disais mais enfin pourquoi ils n’ont pas fait ça comme ça. Oui mais Marine c’est ton premier appartement, il ne peut pas être parfait. Et là pourquoi il n’ont pas mis un deuxième Vélux ? Oui mais Marine tu es trop exigeante, les finitions sont belles, c’est des matériaux propres puis surtout l’espace est vraiment chaleureux. Oui mais gnagnagni gnagnagna. Etant donné que je suis architecte d’intérieur, c’est un défaut professionnel de voir ce genre de choses là et je devais lutter avec moi-même pour regarder le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide. Il y avait des moments où je me disais mais Marine tu fais une bêtise, puis d’autres où je me disais mais non Marine tu ne trouveras pas mieux dans la région tu ne te rends pas compte de la chance de cocu que tu as eu de trouver cet appartement.

Puis en fait j’ai réalisé que c’était comme dans la vie. Que rien est 100% noir ou blanc, que tout est nuance de gris. Qu’il n’y a pas de bon choix mais que c’est ta responsabilité de rendre ton choix le bon. Et que dans le cas où je ne l’aurait pas pris, je l’aurait très probablement regretté amèrement et longtemps. Ma pote m’a dis allez Marine t’a 26 ans c’est bon move on ! Et c’était parti. Et maintenant que je suis dedans, on s’y sent tellement bien et ne regrette absolument pas de m’être précipité et d’avoir pris le premier appartement sans avoir rien visité d’autre. C’était un coup de coeur et quand c’est comme ça, on ne risque pas de s’en lasser même quand il y a des petits défauts par ci par là, comme partout au final. J’ai bien fait de suivre mon instinct (il se trompe rarement) et d’accueillir ce que la vie m’a mis sur mon chemin.

Je peux donc le dire, après 19 déménagements, avoir vécu chez mon père, ma mère, ma grand-mère, après 3 colocations pendant mes études, me voilà enfin indépendante. J’ai fait le choix de vivre seule, c’était un souhait. Dieu sait que j’aime avoir ma petite vie, faire mes trucs sans compromis, tantôt sortir tous le week-end avec mes amis, un autre resté blottie dans le canapé à bosser pour le blog. Je voulais pouvoir faire la déco de A à Z selon mes goûts et mes envies. J’avais envie de connaître les vraies responsabilités d’adulte. Mais aussi envie de pouvoir danser toute nue un samedi après midi la musique à fond en faisant le ménage. Pouvoir inviter mes potes à se mater des films, se faire une bouffe, prendre un thé et discuter quand ils veulent. Je voulais que ma maison soit le refuge de tous mes potes qui auraient envie de venir prendre l’apéro, boire un verre après une rude journée ou même loger après avoir papoté des heures et maté Netflix sur rétroprojecteur. Mi casa es tu casa !

Et dans la continuation de la vie est bien faite, ma crainte en venant ici était de ne pas avoir suffisamment économisé pour avoir un apport suffisant pour pouvoir acheter plus tard. J’avais fait mes calculs de combien de temps je devrais économisé avant de pouvoir acheter et c’était pour vous dire vraiment pas pour tout de suite. Puis il y a deux semaines, lors du déménagement, autour d’un verre de vin, mon grand-père ému de me voir m’envoler vient me souffler à l’oreille « Marine tu commenceras à regarder les appartements à vendre dans la région ?! Comme ça d’ici un an je t’accompagnerai pour l’apport à la banque et les frais de notaire puis comme ça le loyer que tu payes il sera pour toi. Tu y vivras ou le loueras tu feras ce que tu veux mais ça sera à toi ». Une larmichette à couler sur mes joues et j’ai enlacé mon grand-père très fort, cet homme qui compte tellement pour moi. Que pouvais-je rêver de plus ?  Que de beaux projets sous le soleil devant moi et tellement de chance d’être si bien accompagnée. Merci la vie !

Et me voilà donc à Messancy (à côté d’Arlon) ! En campagne mais malgré tout près des magasins et plus près de la ville, des sorties, des copains. Enfin les potos ça sera pas vraiment pour tout de suite vu que c’est confinement pour le moment, mais ce n’est pas grave ça me laisse le temps de m’approprier les lieux, de me sentir CHEZ MOI pour la première fois de ma vie.

Ah j’aurai tellement aimé que tu sois encore là Emilie ! Toi qui étais fan de déco, tu aurais adoré m’aider à choisir les couleurs et le mobilier de cet appart. J’espère que tu es fière de moi de là haut.

J’ai hâte de voir les aventures que je vais vivre ici et ce que l’avenir me réserve à Messancy. Une future boule de poil à la maison ? Un nouveau chéri(e) ? Des beaux moments entre amis ?

Je suis heureuse, tout simplement <3

Bientôt un article déco arrive mes peuces ! Love

You Might Also Like

Leave a Reply

risus ut id fringilla justo ipsum elit.